COMMENT REALISER UN MÉMOIRE :

DU TRAVAIL DE RECHERCHE À SA RÉDACTION

Retour au sommaire

Définitions et grandes orientations

  1. Différencier la méthodologie de la démarche
  2. C'est un mémoire, ce n'est donc pas...
  3. C'est un travail de recherche...
  4. C'est un mémoire professionnel, ce n'est donc pas...
  5. C'est un mémoire médical et scientifique...

Le cadre du travail de recherche

  1. Méthodologie
  2. Structure du mémoire
  3. Trois démarches possibles ; démarche qualité (tableau)

Conseils pour la présentation du mémoire

  1. conseils organisationnels
  2. Les critères académiques du mémoire professionnel

Des Outils d'aide 

  1. Un indicateur des risques d'échec (tableau)
  2. Une aide pour éviter 3 erreurs fréquentes (tableau)
  3. Une aide à préciser la(les) problématique(s) de recherche (tableau)
  4. Une aide à la formalisation d'une recherche (tableau)
  5. Une aide à l'auto-évaluation du mémoire professionnel (tableau)
  6. Une aide à la conduite des étapes de votre recherche (tableau)

Retour au sommaire

Définitions et grandes orientations

1. Différencier la méthodologie de la démarche : 

- la méthodologie fait référence aux exigences scientifiques de la recherche

- le terme de démarche renvoie aux procédés pratiques que chacun choisira de mettre en oeuvre dans son travail.

Cette distinction peut se résumer ainsi : pour réussir mon mémoire professionnel, je dois (méthodologie) ; je peux ou je vais faire ainsi (démarches personnelles)

2. C'est un mémoire, ce n'est donc pas :

- un dossier, c'est-à-dire la simple compilation d'une documentation sur un thème précis, sur une pratique, ou sur une situation

- une monographie, sauf exception justifiable, c'est-à-dire l'étude d'un cas isolé ou d'une situation unique,

- un roman, c'est-à-dire l'histoire d'une expérience ou d'un vécu, sous forme d'un simple récit,

- un témoignage, c'est-à-dire la narration d'une pratique, d 'une série de cas, la reprise directe d'un cahier d'observations, etc.

Néanmoins, il peut être pertinent, pour la dynamique de la recherche, d'emprunter à chacun de ces quatre cadres. Par exemple, la présentation des cas cliniques concernés par le travail de mémoire pourra correspondre à des monographies succinctes ; la bibliographie du mémoire est le plus souvent une compilation ordonnée des textes de référence ; l'exposition de pratiques peut se faire sous forme de témoignage ; etc.

3. C'est un travail de recherche

- il est problématisé, c'est-à-dire que le travail engagé est la mise à l'épreuve d'une hypothèse, laquelle, sur la base d'une expérience (expérimentation), sera validée ou non.

- il est introduit par une bibliographie normalisée qui permettra d'étayer l'argumentation par référence à des auteurs et des publications déjà validées (conformité à la connaissance médicale et scientifique).

4. C'est un mémoire professionnel, ce n'est donc pas

- une recherche théorique sans aucun lien avec une pratique,
- une simple enquête sur la profession,
- une réflexion sur une pratique spécialisée sans réelle expérimentation validante (ou expérience) personnelle.

5. C'est un mémoire médical et scientifique :

- il est centré sur une (des) question(s) qui fait (font) problème dans l'exercice des professions de santé (ici en gérontologie),

- il vise soit la production/amélioration d'outils diagnostiques ou d'évaluation, soit l'adaptation de méthodes ou de techniques de prise en charge, soit la connaissance plus approfondie de situations cliniques (spécifiquement gérontologiques), soit un apport pertinent au domaine épidémiologique (étude de prévalence, analyse statistique d'une population, etc).

Dans tous les cas le mémoire s'adresse à des lecteurs initiés (aux spécificités gérontologiques), en aucun cas à un public plus vaste : le mémoire n'a pas une vocation documentaire de vulgarisation.

Retour au sommaire

Le cadre du travail de recherche

1. Méthodologie.

Un large consensus s'est fait sur six termes incontournables, support de toute méthodologie de recherche

1.1 - Le thème 

C'est lui qui vous permettra de définir la problématique. Il représente le domaine d'investigation de votre recherche pour lequel vous allez conduire une expérience professionnelle.

1. 2 - La problématique : les objectifs spécifiques

C'est la question qui précise la partie du thème que vous avez choisi de traiter. En effet, un même thème peut donner naissance à diverses questions.

Par exemple, si nous prenons le thème de l'évaluation nous pouvons nous demander :

- quelle procédure d'évaluation est plus sensible, plus discriminante, dans une situation clinique donnée,

- quelles procédures d'évaluation sont plus spécifiquement adaptées à des actions formatrices,

- quelle procédure d'évaluation peut ou non participer à une approche épidémiologique ou être utile à résoudre un problème socio-économique, ou , plus globalement, être adaptée à une analyse de population et/ou de cohorte,

- comment une procédure d'évaluation peut, elle-même, être évaluée dans un but de démarche qualité ; quels seront les référentiels adaptés .

Il y aurait sur ce thème bien d'autres questionnements spécifiques, mais nous voyons bien qu'un mémoire impose des choix. Il ne peut, au risque de superficialité, aborder toutes les problématiques suscitées par un thème. La réflexion préalable sur le choix de problématiques conditionne largement tout la suite du travail et la qualité finale. Il est ultérieurement périlleux de revenir sur les orientations de base sans risquer des pertes de temps considérables, soit parce qu'il conviendra de reprendre une grande partie du travail expérimental, soit parqu'il faudra "elaguer" dans une somme de données mal ciblées et inutiles dans le cadre strict du mémoire.

1. 3 - L'hypothèse de recherche

Elle correspond à la réponse anticipée que l'on apporte à la question posée. C'est la raison pour laquelle on parle d'hypothèse : elle anticipe la thèse.

Exemple : en quoi une hyperalimentation protidique améliore la guérison de l'escarre ?

1. 4 - Les variables

Elles sont de deux ordres. Qualitatives et quantitatives

Exemple : albumine plasmatique

- le taux d'albumine exprimé en g/l est une variable quantitative

- le taux d'albumine rangé en 2 catégories (> 35g/l ou < 35g/l) crée une variable qualitative

1. 5 - Les indicateurs

Ce sont des indices qui vous permettent de vérifier l'existence et l'efficacité des variables.

L'index de masse corporelle (P/T2)) est un indicateur nutritionnel donnant un sens à 2 variables (le poids P et la taille T)

Une CRP supérieure à 20mg/l associée à une albuminémie inférieure à 35g/l est un indicateur de dénutrition hypercatabolique.

1. 6 - Les techniques de recueil de données

Elles concernent tout ce qui précise la manière de procéder pour l'observation des situations expérimentales. Il peut s'agir d'entretiens, de questionnaires, d'enquêtes, de grilles et, bien sûr, de tout support, informatique ou non, permettant la saisie des données paramétriques.

2. Structure du mémoire

2.1 - Le titre

Il doit être accrocheur et donner envie de lire. Très généralement, il n'est pas trouvé d'emblée. Il synthétise le travail. S'il ne permet pas d'énoncer le problème avec le plus grand soin, un sous-titre le fera pour lequel chaque mot aura un sens précis, sans équivoque.

2. 2 - Le sommaire

Les titres des chapitres sont évocateurs. Leur lecture en continu montre la progression de la démonstration.

2. 3 - L'introduction

C'est la justification du mémoire. Elle précise le cadre de travail, pose la problématique, énonce l'hypothèse, annonce l'organisation du mémoire. L'économie du travail engagé doit être exposée. Il est conseillé de la rédiger au terme de la rédaction.

2. 4 - Le corps du mémoire. C'est la présentation de votre recherche. Il comporte :

- Le protocole expérimental ; matériel et méthodes : Ce chapitre doit à la fois être concis mais simultanément très précis. En bref les informations fournies doivent permettre la reproductibilité de votre étude à toute personne qui serait désireuse de réaliser un travail similaire.

- Résultats : Ils doivent être énoncés sobrement, sans commentaire ni digression inutiles. Par contre le mode de présentation doit être le plus clair possible. Quand elle est possible, la représentation graphique est fortement conseillée (quitte à transférer les tableaux de résultats bruts dans un paragraphe disposé en annexe du mémoire)

- Discussion : elle reprend point à point, en les analysant puis en les critiquant, les différents résultats. Il est bon d'établir un ordre logique de la discussion. Sans qu'il y ait de règle absolue, et au moins pour batir votre premier canevas de discussion, il est possible de suivre la progression suivante :

- Un résumé des points marquants obtenus dans l'étude : Au terme de cette étude j'ai pu pu faire les constatations suivantes que je résume en x points...

- Un discussion hiérarchisée en fonction de la difficulté d'interprétation des résultats :

- Ce qui est bien connu : autrement dit les points retrouvés dans le travail et qui ne sont que la simple confirmation de données, de propriétés, de variations déjà décrites et/ou admises par l'ensemble de la communauté scientifique. Il faut alors rester bref dans ce paragraphe, en se contentant de fournir le strict nécessaire pour justifier la notion du "bien connu".

- ce qui est original mais peut être facilement expliqué ou argumenté en croisant les résultats obtenus avec les données de la littérature, ou en tenant compte de travaux antérieurs personnels déjà réalisés et validés

- ce qui est original mais qui reste difficile, voire impossible, à expliquer ou à interpréter, soit parce que nos connaissances n'apportent pas de réponse immédiate, soit parce que la réponse demanderait de réaliser une nouvelle étude, car l'originalité des résultats obtenus dépasse largement les objectifs initiaux fixés dans le travail de recherche.

Indépendemment de l'intérêt de cette démarche pour une présentation structurée de la discussion, ce type de planification vous permettra de simultanément tester l'originalité et la pertinence du travail que vous avez accompli (un bon mémoire est rarement celui ou tout resterait inexplicable, ou difficile à argumenter. De même un mémoire où tout était déjà prévisible pose le grave problème de l'originalité thématique)

2. 5 - La conclusion

Sa véritable fonction est de répondre de façon synthétique à votre question initiale, de préciser dans quelle mesure votre hypothèse a été confirmée ou infirmée. Elle conduit fréquemment à une reformulation du questionnement initial. Comme l'introduction, elle est rédigée au terme du travail d'écriture.

La conclusion est également un espace privilégié pour aborder ce qui est en marge de la recherche. Elle vous permet donc d'élargir la réflexion, de dégager de nouvelles perspectives de travail ou de procéder à une (brève) autocritique.

2. 6 - La bibliographie

Rédigée selon les règles en vigueur, elle reprend uniquement les ouvrages, articles, extraits auxquels vous faites référence dans votre mémoire.

2. 7 - Un résumé. Généralement de 1 page. Il doit permettre de saisir parfaitement le contenu et l'intérêt du mémoire

Il est déconseillé de déroger à cette tradition rédactionnelle.

3. Trois démarches possibles

Au-delà de la méthodologie présentée ci-dessus, nous vous proposons trois démarches que vous pourrez mettre en oeuvre pour engager votre mémoire professionnel. Il s'agit, bien évidemment, de propositions qui n'ont pas de caractère impératif. Il est possible que vous en inventiez une plus proche de votre sensibilité.

3.1 - Démarche déductive

Cette démarche trouve son origine dans les objectifs assignés à partir d'une situation de base rencontrée ou définie

Le travail consiste à étudier des moyens de prise en charge évolutive d'une situation. Une étude descriptive (sans a priori) ouvre impérativement le travail afin de parfaitement appréhender la situation. Eclairés par des apports théoriques et la revue de la littérature, il est alors possible de mettre en perspective et de choisir des objectifs à atteindre face à la situation retenue. Les objectifs étant définis, il devient possible de dégager des problématiques (le questionnement précis et rigoureux) et d'en déduire les actions à entreprendre.

Alors se dégagera clairement l'hypothèse de recherche et les conséquences attendues. Vous pourrez ensuite planifier votre protocole d'étude afin de valider l'hypothèse émise.

Une évaluation des effets produits, au regard des effets attendus, sera un gage de confirmation ou d'infirmation de votre hypothèse (ce qui rejoint la démarche qualité). Une analyse nuancée et critique de l'ensemble du travail par le candidat est généralement très appréciée par le jury .

3. 2 - Démarche pragmatique

Elle trouve son origine dans une situation concrète considérée et les variations naturelles qui en découlent. Une analyse des variables du système permet de dégager des objectifs précis de recherche soit en vue d'améliorer et/ou de poursuivre la connaissance du système, soit pour en rechercher la cohérence et dégager de nouveaux concepts.

Il est alors possible de dégager la problématique, les bons questionnements qui vont valider vos hypothèses de recherche et les résultats attendus. à ce stade, la démarche pragmatique rejoint la déductive.

3. 3 - Démarche de qualité

Ici, la démarche trouve son origine dans des constats de dysfonctionnement dans une situation ou un état aux limites définies. Le travail consiste à les décrire pour opérer un choix d'indicateurs. Vous analyserez celui-ci afin de dégager votre problématique, votre ou vos hypothèses de recherche et les effets attendus.

Bien sûr, le sens de votre action sera d'améliorer ce dysfonctionnement.

La démarche déductive sera à mettre en oeuvre à ce moment-là.

NOTA :

Il conviendra de ne jamais oublier les grands macro-critères de base de toute démarche qualité. Ces macrocritères sont ubiquitaires et transposables à toute démarche, y compris à un travail de recherche donnant lieu à un mémoire, et quelle que soit la démarche entreprise:

QUELQUES MACROCRITERES D'UNE DEMARCHE QUALITÉ

au service de la réalisation d'un mémoire de recherche

- Conformité

Suis-je en adéquation avec les textes règlementaires, avec les connaissances scientifiques spécifiques, avec les bons usages ?

- Utilité des actions, des procédures, des méthodes, des variables, des indicateurs... proposés dans le travail.

N'y a t'il pas des doublons, des redondances, des items qui ne seront pas exploités ?

Inversement n'y a t il pas des manques dans des domaines utiles pour satisfaire les problématiques posées ?

Un oubli de variable peut parfois être dramatique (car irratrapable) pour conduire l'analyse finale. Inversement un comportement "fourre-tout" multipliant les données renseignées, sous prétexte qu'un outil statistique donnera a posteriori un sens aux données saisies, est absurde. Cette vision est contraire à la démarche scientifique et expérimentale, par définition déductive et/ou pragmatique, donc ne laissant que peu de place au hasard.

Me suis-je réellement interrogé sur l'intérêt du travail que j'entreprends pour la communauté scientifique et/ou dans une vision de Santé Publique ?

- Efficacité des actions, des procédures, des méthodes, des variables, des indicateurs,etc., mis en place.

Ai-je fait le choix le plus pertinent, le plus fiable et/ou le plus robuste pour assurer la/les réponses à mon questionnement ?

- Efficience : en gros, le rapport entre l'éfficacité et le coût et/ou le temps imparti pour la réalisation pratique.

Quelle rationnalité dans la chronologie de déroulement du protocole ?

Entre 2 possibilités égales pour leur efficacité, ais-je réellement choisi la plus rapide et la plus économe (en finance comme pour ma part contributive) ?

- Sécurité :

- la structure de mon travail, les données utilisées, sont-elles à même d'aboutir à une analyse validée et statistique de mes résultats ?

- Ai-je respecté les conditions éthiques ?

- Mon travail pourra t'il être publié si le respect des démarches en recherche médicale sont exigés pour ce type d'étude ? Ne pas oublier qu'un mémoire de qualité doit pouvoir conduire à une publication.

- Satisfaction

En quoi ma démarche conduit à ma propre satisfaction, comme à celle de tous ceux qui sont impliqués, directement ou indirectement, dans l'étude projetée ?

Enfin toujours penser au jury et aux rapporteurs : il est impérieux qu'ils soient satisfaits à la lecture de votre mémoire. Cela sous-tend originalité, facilité de lecture, bonne présentation, lutte contre une monotonie, etc...

- Traçabilité et transparence 

Ai-je bien recherché la plus grande clarté possible, la plus grande facilité de perception et d'interprétation, à tous les niveaux de ma démarche ? de la situation expérimentale à la rédaction du mémoire et à ses conclusions.

Retour au sommaire


Conseils pour la présentation d'un mémoire

1. Conseils organisationnels

1.1 Organisation des différentes parties

Une introduction doit,

-permettre de comprendre les raisons qui vous ont conduit à choisir votre sujet ;

-poser avec clarté le questionnement auquel vous vous proposez de répondre ;

-présenter un plan ;

-exposer la méthode utilisée et les supports choisis.

Les différentes parties doivent,

- comporter un titre «parlant» ;

- se terminer par une synthèse, partielle et annoncer la suite ;

La lecture en continue des titres et sous-titres doit offrir un reflet fidèle de votre travail personnel.

Les citations dans le texte sont toutes à référencer.

La conclusion doit comporter,

- une synthèse du développement ;

- la ou les réponses que vous apportez au questionnement de départ ;

- un regard critique sur la démarche que vous avez suivie ;

- éventuellement une ouverture vers d'autres travaux, d'autres expériences professionnelles.

Le sommaire doit reprendre la pagination du corps de votre travail.

La bibliographie est référencée et ne comporte que les ouvrages, revues ou articles auxquels vous faites directement référence dans le corps de votre travail. Les normes de présentation bibliographique doivent être respectées et toutes les références sont présentées avec les mêmes critères. Exemples :

- Goldberg TH, Chavin IS : preventive medecine and screening in older adults. JAGS, 45, 56-65, 1997

- Leroux R. : L'évaluation gérontologique. De la théorie à la pratique : le géronte. Edition Ecole Nationale de la Santé Publique, 1994.

La bibliographie peut être référencée par ordre alphabétique ou par ordre d'entrée dans le corps du mémoire. Attention ! les deux méthodes sont acceptables. Le choix dépend surtout de la méthode de travail du candidat. Il est bon qu'il y réfléchisse avant toute rédaction

1.2 L'écriture

Vos paragraphes (qui vous conduisent à aller à la ligne) doivent correspondre à des unités de discours.

Avez-vous utilisé quelques «formules chocs» pour résumer votre pensée ?

Avez-vous proposé suffisamment d'exemples pour que l'on comprenne votre développement? (utiliser éventuellement les services d'un lecteur candide).

Avez-vous été attentif aux incorrections de la langue et les avez vous corrigées ?

1.3 La présentation

Porter son attention sur la couverture : le titre, le nom et le prénom de l'auteur, le diplôme préparé et l'institution doivent figurer

La numérotation des pages est correcte et correspond à ce qui est porté au sommaire.

Les annexes sont différenciées du corps de votre travail personnel, paginées et nettement référencées.

Une esthétique générale est prise en compte..

2. Les critères académiques du mémoire professionnel

2.1 Présentation

- Couverture : université ; titre ; nom et prénom de l'auteur; diplôme préparé (+option), année.

- Lisibilité du texte sur feuille, format 21 x 29,7, dactylographié.

- Caracttère type arial, times, helvetica, geneva ; avec fonte > ou = à 12

- respecter la ponctuation française, et en particulier la position des espaces :

les signes simples (.,): un seul espace après le signe.

les signes doubles (? ! : ;) : un espace devant et derrière le signe ; pas de majuscule après un double point.

Exemple : combien faut-il d'espaces avec le point, la virgule ou le point virgule ? Il faut deux espaces après le point virgule. Il faut seulement un espace après le point.

- Mise en page : interligne 1,5 à 2. Paginé.

- Esthétique : marge gauche de 3 cm minimum.

- Sommaire ou table des matières.

- Résumé sur la derniere page de couverture

2.2 Structure du corps du mémoire

- Introduction : justification du thème choisi ; questionnement ; hypothèse de recherche ; méthodes et protocoles retenus ; plan annoncé.

- Développement respecté : protocole expérimental, matériel et méthodes, chapitres de résultats, discussion

- Conclusion : réponses au questionnement initial ; ouverture et perspectives.

- Bibliographie : voir plus haut.

Attention ! respecter le nombre eventuel de pages imposées pour un mémoire, ainsi que le nombre de mots pour un résumé (souvent entre 300 et 500 mots) .

Retour au sommaire


Des Outils d'aide

1. Un indicateur du risque d'échec :

Sachez prendre du recul par rapport à votre production en utilisant les formules du tableau ci-dessous. Il y a des erreurs qu'il faut absolument éviter. Celles qui sont référencées dans le tableau ci dessous sont celles qui sont, malheureusement, trop souvent présentes dans un mémoire mal conduit.

DES ERREURS À EVITER : UN INDICATEUR DU RISQUE D'ECHEC
  • Mon hypothèse est non vérifiable et non vérifiée dans la pratique.
  • La description du cadre de travail est sans relation avec une pratique professionnelle.
  • Le mémoire correspond certes à un travail personnel, mais n'est qu'un catalogue de descriptions sans qu'une analyse minitieuse soit offert à la lecture.
  • Les hypothèses sont formulées mais ne sont pas mises en pratique et/ou non reprises dans la discussion.
  • Des parties du mémoire sont trop indépendantes et sans lien logique.
  • Certaines notions ou certains termes ne sont jamais clairement définis ou ne renvoient pas à un glossaire ou à une référence.
  • Les annexes n'ont qu'un rapport lointain avec le corps du mémoire.
  • Le titre est confus et ne rappelle en rien la/les problématiques fixée(s).
  • Le texte est une compilation d'extraits, de notes de lecture, d'observations, ou un rapport d'expériences pratiques sans un réel travail personnel.
  • Mon mémoire offre une séparation étanche entre l'approche théorique et l'analyse pratique. L'approche théorique initiale n'est pas en adéquation exacte avec le développement du travail personnel
  • Je ne formule pas de réelle conclusion au travail, laissant un flou et supposer que la conclusion sera dans une suite.

Si aucune formule ne vous concerne, danger ! Vous êtes soit dans l'illusion, soit proche de la perfection.

Si toutes les formules vous concernent, danger ! Vous êtes soit dans une phase de dépréciation (elle ne saurait durer : "coping" ! ), soit vous prenez conscience que vous êtes dans l'erreur.

Si quelques formules vous concernent, bravo ! Vous êtes en voie de produire un bon mémoire professionnel.

Quoi qu'il en soit, relisez la paragraphe consacrée à la mise en forme du mémoire, pour être bien sûr de ne pas avoir oublié quelques règles élémentaires. C'est parfois des erreurs simples, en fait "trop évidentes", qui passent inaperçues et peuvent nuire à la qualité finale.

Retour au sommaire

2. Une aide pour éviter 3 erreurs fréquentes :

 

1) Elles sont classées sous la rubrique "review" dans toutes les bases de données accessibles sur internet, type Medline). Elles sont généralement rédigées par des experts qui ont déjà fait une synthèse sur des thèmes précis. En profiter pour effectuer un résumé, puis une synthèse, des revues générales abordées.

(2) en formalisant vos objectifs primordiaux, profitez en pour en dégager des mots clefs : ils vous permettront d'affiner votre recherche sur des besoins plus spécifiques.

(3) Il est préférable que la liste des abréviations (et leur signification), soit sur une (des) page(s) faisant suite au sommaire et précédant l'introduction.

Retour au sommaire

3. Une aide à préciser la(les) problématique(s) de recherche

1 - Partir d'intérêts, de ressources de contraintes et parvenir à identifier un centre d'intérêt pour une recherche

Ma recherche sera centrée sur ?

2 - Du centre d'intérêt à la question à explorer (la problématique). Non seulement cette question devrait être utile pour moi, mais de surcroit elle devra présenter un caractère de faisabilité suffisant.

Cette question est ?

Je cherche à montrer , à partir des présupposés théoriques suivants..., que…

3 - De la problématique à l'hypothèse à valider

Une hypothèse est la réponse anticipée à une question, destinée à être vérifiée. Finalement, quelle est l'hypothèse de recherche que je retiens?

Dans l'état actuel de mon travail, je souhaite montrer que...

4 - Quelle est la thématique à l'intérieur de laquelle mon hypothèse de recherche "prend du sens" ? Je vais m'appuyer sur les apports théoriques suivants (ordonner les références essentielles)

Pour les différents domaines du mémoire et du travail de recherche,

je vais pouvoiir m'adresser à ? Je peux consulter les ouvrages suivants... J'ai accès aux banques de données suivantes..

5 - De l'hypothèse à valider ,à la détermination des variables en jeu.

La variable est ce sur quoi on va agir ou ce qui va apparaître ou ce qui va évoluer.

La(les) variable(s) sont ?

6 - Des variables aux indicateurs

Un indicateur montre la présence d'une variable. C'est un indice observable à la recherche duquel on va aller.

Les indicateurs des variables sont ?

7 - Des variables aux méthodes de recueil des données et à leur analyse

Je vais agir sur ou interroger des variables qui existent par la présence d'indicateurs. Il me faut donc recueillir et analyser des données. Les modes de recueil des données empruntent:

- à des approches expérimentales (protocoles expérimentaux action-observation-évaluation);

- à des approches cliniques qui conduiront à utiliser des techniques diverses d'analyse de contenu, de traitement statistique des données...

Comment vais-je le montrer?

Quelles méthodes de recueil et de traitement des données, nécessaires à la prise en charge des indicateurs, vais-je mettre en oeuvre ?

8 - La conclusion

La conclusion infirme-t-elle ou confirme-t-elle l'hypothèse de recherche?

A quelles conditions puis-je extrapoler mes résultats à d'autres situations ?

Retour au sommaire

4. Une aide à la formalisation d'une recherche

Ce questionnement simplifié pourra aussi vous servir de check-list.

Thématique

Ma recherche sera centrée sur...

Problématique(s)

Ma question est...

Hypothèse(s) de recherche

Je souhaite montrer que...

Variable(s). Ce sur quoi je vais agir, ce qui va apparaître, ce qui va évoluer

Ces variables sont ...

Indicateur(s). Observable(s), à la recherche duquel (desquels) je vais aller

Ces indicateurs sont ...

Hypothèse(s) de travail. À partir des présupposés théoriques

Mon hypothèse est...

Méthodologie

Je vais le montrer grâce à...

Retour au sommaire

5. Une aide à l'auto-évaluation du mémoire professionnel

La structure d'ensemble du mémoire doit présenter l'état de votre réflexion personnelle, s'appuyer sur une pratique personnelle et tenter de faire avancer une recherche ou un questionnement.

En une phrase claire, à quel questionnement votre mémoire tente-t-il de répondre ?

En une phrase toute aussi claire, pouvez-vous énoncer la réponse que votre mémoire apporte à ce questionnement ?

Comment pouvez-vous justifier la méthode que vous avez mise en oeuvre pour répondre au questionnement ?

Comment pouvez-vous justifier le choix du plan de votre travail personnel (les différentes parties et leurs enchaînements) ?

Quelles critiques un examinateur tatillon et/ou un lecteur ignorant de votre domaine d'investigation, pourrait-il faire ?

-à votre questionnement initial et à la méthode employée pour y répondre?

-à votre plan de travail personnel ?

-à votre conclusion ?

Qu'est-ce qui vous permet de conclure que votre mémoire se rapporte aux aspects théoriques et aux pratiques de la discipline qui vous concerne (et à une option particulière s'il y a lieu) ?

Retour au sommaire

6. Une aide à la mise en oeuvre des étapes de votre recherche

Ces questions ont pour objectif d'aider à donner du sens et une cohérence à la recherche.

AIDE A LA CONDUITE DE LA RECHERCHE

1. À quoi suis-je attentif lorsque j'observe ?

2. Qu'est ce que j'aimerais comprendre dans la situation proposée ?

3. Qu'est ce que je fais pour effectuer ma démarche de recherche (avant, pendant, après les actions proposées dans le protocole)

4. Qu'est ce qui pourrait m'aider dans ma démarche ?

5. Qu'est ce qui est en train d'évoluer dans l'action de recherche entreprise ? Est-ce que je cerne parfaitement tous les facteurs agissant dans mon protocole ?

6. Ce qui me questionne dans ma pratique professionnelle c'est ...

7. Comment vais-je percevoir l'évolution de la situation?

8. Qu'est ce qui me permet de saisir objectivement les différences, les évolutions paramétriques dans mon étude ? Suis je assez critique sur mon protocole ?

10. Quels sont mes paris d'hypothèse dans l'étude proposée ?

11. Quelles sont les informations dont je dispose déjà, ou à la recherche desquelles je vais aller et qui sont susceptibles de réellement m'aider dans ma recherche ?

12. Quels sont les ouvrages que j'ai déjà lus ou que j'ai l'intention de lire et qui sont susceptibles d'alimenter ma réflexion ? Sont-ils facilement à ma disposition ?

13.Quels sont les concepts de référence que je vais approfondir dans ma recherche?

14. Quels sont les critères de réussite attendus dans mon travail ?

15. Quels sont mes objectifs pour une action gérontologique?

16. Cinq mots clés qui évoquent parfaitement ma recherche

L'erreur
Les Causes
Les conséquences
Ce qui est préférable

LA BOULIMIE DE LECTURE

Vouloir lire extensivement des documents, des revues... en pensant que l'hypothèse de travail finira bien par surgir tôt ou tard de cette lecture

Une angoisse montante face à un somme de connaissances qui deviennent impossibles à intégrer.

Le découragement et le doute sur ses capacités font suite

En premier lieu et toujours : approfondir des revues générales bien ciblées. (1)

Bien réfléchir aux objectifs recherchés et les formaliser (2)

Analyser systématiquement votre façon de progresser dans la documentation bibliographqiue en hiérarchisant les connaissances requises

L'ABSENCE D'HYPOTHÈSE

Se précipiter dans une collecte de données sans même avoir défini les objectifs et les problèmes posés

Arrêter une stratégie sans avoir défini la validité des paramètres de base qui seront utilisés

Inadéquation entre les données receuillies et les conséquences attendues

Impossibilité d'évaluer le travail réalisé

Voire absence de résultat tangible.

Mettre d'emblée en place une stratégie de réponses potentielles par rapport aux hypothèses formulées.

Toute impossibilité de mise en correspondance hypothèse/réponse possible, est le signe de décalages dans la démarche expérimentale

TROP D'AMBITION

Projet démesuré, confus, en bref construction d'une "usine à gaz"

Langage trop ésotérique ou trop pompeux

Préserver le principe de réalité et en particulier se situer dans un travail compatible avec sa disponibilité, son réel domaine de compétence

Garder un langage clair et précis

Ne jamais oublier la chronologie de la démarche de recherche : thème > objectif > problématiques précises à renseigner pour remplir l'objectif. Se méfier d'une étude où les objectifs se multiplient.

Bien définir les mots employés. concevoir un glossaire si nécessaire. Dans tous les cas établir une liste explicative des abréviations utilisées (3)